Mardi 8 décembre 2 08 /12 /Déc 16:31



Le pire ennemi de l'homme est l'homme lui-même. Tous les grands mystiques l'ont expérimenté : qu'il s'agisse de la tentation du démon pour Jésus, ou la tentation de Mara pour le Bouddha, les éléments perturbateurs viennent du plus profond de notre psychisme. Des poisons mentaux qu'il convient d'identifier et d'éliminer.


I
maginez-vous seul au milieu d'un champ de bataille, confronté à mille ennemis. Bien qu'entouré de toutes parts, vous parvenez cependant à les vaincre. Imaginez-vous un millier d'autre fois sur ce champ de bataille et imaginez-vous chaque fois vainqueur. Selon le Bouddha, la tâche est plus facile que ne l'est la conquête de soi. Ce que nous avons entrepris n'est pas une vétille. Parvenir à comprendre notre propre esprit est la plus difficile de toutes les tâches possibles. Mais elle n'est pas impossible. Quantité d'êtres ont conquis ces milliers d'ennemis des milliers de fois et nous ont laissé conseils et directives.



Du désir au doute


Le premier de ces ennemis, ou obstacles, est le désir sensuel : avoir soif des plaisirs des sens, s'attacher aux objets des sens. L'esprit demeure tendu vers l'extérieur, à la recherche d'un objet ou d'un autre, dans un état d'agitation et de déséquilibre.


Le second ennemi est la haine ; la colère, la malveillance, l'aversion, l'agacement, l'irritation ne sont tous que l'expression du jugement mental. L'esprit s'en prend à l'objet et veut s'en débarrasser. C'est un état plein de turbulence et de violence.


Le troisième ennemi est la négligence et la torpeur, c'est-à-dire la paresse mentale, la mollesse. Un esprit en proie à l'indolence et à la torpeur ne souhaite que s'adonner au sommeil.



Le quatrième obstacle est l'agitation. Un esprit anxieux, envahi par le regret et l'agitation, est incapable de se concentrer. Il ne cesse de sauter d'un objet à l'autre sans aucune attention. Cette instabilité mentale empêche l'apparition de la vision pénétrante.



Le cinquième des grands ennemis est le doute et, d'une certaine façon, il est le plus difficile de tous. Tant qu'on ne l'a pas démasqué, le doute réduit l'esprit à l'impuissance, bloquant tout effort de clarification.



Identifier et relâcher


Il existe des moyens spécifiques de faire face à ces ennemis auxquels nous sommes en butte sur la voie. Le premier moyen est de les reconnaître, de les voir clairement à chaque instant.



Tant que nous n'avons pas ressenti l'imminence de notre mort, nous ne pouvons pleinement ressentir le caractère unique de chaque moment. Il y a également une forte corrélation entre l'intensité de nos désirs et notre auto-indulgence excessive en matière de nourriture et de sommeil. Manger et dormir avec modération amoindrissent le facteur désir et accroissent la clarté mentale.



Joseph Goldstein

 

Par lobsang sonam - Publié dans : Sagesse du Dharma - Communauté : bouddhisme tibetain
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés